Loin de réconcilier les mémoires blessées, le repentir est un guet-apens qui empêche la reconnaissance des faits et de la responsabilité politique des événements du passé, relève dans sa chronique Philippe Bernard.source : https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/06/les-crimes-du-colonialisme-et-de-la-guerre-d-algerie-doivent-etre-reconnus-non-par-repentance-mais-par-souci-de-verite_6069036_3232.html

A lire aussi : Le Parquet national financier ordonne une enquête préliminaire sur Michel Mercier