Imaginez le comble : vous êtes un écologiste (pas au sens politique, entendons-nous) convaincu, vous vous souciez de la planète, de votre environnement, durant toute votre vie et, au moment de quitter cette Terre, votre dernière décision provoquerait une pollution. Parce que oui, quelle que soit votre demeure éternelle, y accéder polluerait.

Une inhumation classique entraîne des rejets d’eaux salies par les liquides d’embaumement. Quant à la crémation, en plus de consommer beaucoup d’énergie (parfois récupérée pour des réseaux de chauffage urbain), elle émettrait du plomb, des dioxynes ou du mercure par les cheminées des crématoriums qui ne sont pas aux normes. Et si l’on en croit une citation d’un membre de la Fédération française de crémation dans un article du Figaro daté de 2014, cela concernait à l’époque la moitié des établissements funéraires, rien que ça. Comme ultime symbole, on a déjà vu mieux.

A découvrir également : Poursuite de l’expérimentation « Mon compte mobilité »

Aux Etats-Unis, l’état de Washington (à l’exact opposé de la ville de Washington, au Nord-Ouest du pays) s’apprête à légaliser un nouveau procédé plus écologique que l’inhumation ou la crémation : l’humusation, ou le compost humain. Non non, vous ne rêvez pas. Le procédé est simple et consiste à placer le corps du défunt dans une capsule hors-sol, tapissée de matières organiques (paille ou copeaux de bois), et recouvert des mêmes essences pour en accélérer la décomposition par les micro-organismes. Dans un délai de 7 semaines (mais que des sources différentes annoncent à 12 mois), tout n’est plus qu’humus, sans avoir créé la moindre pollution.

La société américaine Recompose, déjà spécialisée dans le processus, propose alors aux familles de récupérer une partie du volume de terre fertilisée pour, ailleurs, s’en servir pour y faire pousser arbres, plantes ou fleurs. Quant à l’autre partie, elle est conservée dans les locaux de Recompose qui a déjà prévu d’y développer des jardins pour célébrer la vie.

Lire également : IVCAST 57 : Voyager en Russie : l’essentiel à savoir avec Thomas

Recompose-jardin

Photo : projet d’un des jardins de la société Recompose, avec les capsules à compost

Alors, pour l’après, enterrement classique, crémation, ou autre chose ?

Photos : USDA/Flickr/CC ; www.recompose.life

source : http://www.univers-nature.com/non-classe/le-compost-humain-notre-avenir-a-tous-68820.html