L’ancienne équipe dirigeante d’Act Up Paris a quitté ses fonctions samedi, déplorant la «transition brutale» liée au succès du film «120 battements par minute», qui a amené vers l’association de lutte contre le sida une nouvelle génération de «militants politisés».source : http://www.liberation.fr/france/2018/04/01/remous-a-la-tete-d-act-up-apres-120-battements-par-minute_1640390?xtor=rss-450