L'expérience des utilisateurs façonne de plus en plus le monde dans lequel nous vivons, et les paiements transfrontaliers n'échappent pas à cette règle. Les services de transferts de fonds entre entreprises ont ainsi été positivement impactés par les progrès initialement réalisés en pensant aux utilisateurs. Tout comme les demandes de ces derniers en faveur d'un service rapide et transparent sont désormais couramment honorées dans des secteurs comme la livraison de colis et le commerce électronique, de plus en plus d'efforts sont entrepris pour augmenter la vitesse et la visibilité des transferts de fonds entre entreprises, sans faire de compromis sur la sécurité. Lancée en 2017, l'initiative gpi de SWIFT a été précisément conçue pour atteindre cet objectif, en vue de mettre en place une norme et une infrastructure mondiales permettant aux établissements financiers et aux PSP de garantir à leurs clients un suivi des paiements de bout en bout et une plus grande transparence tarifaire, avec une confirmation finale du crédit sur le compte du bénéficiaire. Les fintech ont été parmi les premières à saisir les opportunités ainsi créées, en exploitant les données SWIFT gpi et en offrant des services de suivi des paiements améliorant considérablement l'expérience des utilisateurs tant chez les émetteurs que les bénéficiaires.

Si la vitesse est essentielle, la transparence change tout

gpi a remporté un stupéfiant succès. En 2019 déjà, plus de 300 milliards de dollars transitaient quotidiennement via gpi, tandis que 65% des paiements transfrontaliers internationaux passaient par SWIFT. Les principaux engagements de la norme prévoyaient entre autres une rapidité accrue et une utilisation des fonds le jour même. Ces promesses ont largement été tenues, avec 92% des paiements transfrontaliers crédités sur le compte du bénéficiaire concerné dans un délai de 24 heures, dont une part importante en seulement 30 minutes. Ces chiffres s'avèrent d'autant plus impressionnants au vu des défis inhérents aux paiements transfrontaliers, qui peuvent être ralentis par les contrôles de devises, les exigences administratives, les contrôles de conformité et les différents fuseaux horaires

A voir aussi : Movidius : le futur VPU d’Intel serait dix fois plus puissant que la génération actuelle

Bien que la rapidité d’envoi des paiements soit d’une importance cruciale pour la plupart des offres des PSP, la fourniture d'un service de suivi supplémentaire promet de créer un écosystème de confiance et d'améliorer les relations entre clients et prestataires. Nous avons concrètement remarqué la rapide adoption des outils de suivi des paiements (Payment Tracker), grâce auquel il est possible d'avoir un suivi en temps réel. Les entreprises apprécient de pouvoir partager la visibilité des transactions de paiement avec leurs bénéficiaires, dans la mesure où les potentiels blocages apparaissent rapidement aux deux parties, leur permettant de chercher une solution. Toutes les parties prenantes peuvent suivre les statuts des paiements à leur gré, en disposant d'un aperçu du temps nécessaire aux banques intermédiaires pour traiter les paiements ou du nombre d'établissements impliqués dans une transaction spécifique. Ces innovations ont généralement abouti à des résultats tout à fait remarquables en termes de transparence, car gpi exige non seulement la communication des statuts des paiements, mais aussi l'application des frais connexes.

Les utilisateurs ont déjà retiré des bénéfices et devraient encore y gagner          

Émetteurs ou bénéficiaires, les utilisateurs des plateformes de services de paiement sont les véritables gagnants de ces innovations. La qualité d’exécution et l'autonomie procurées par le suivi des paiements en temps réel permettent de consacrer moins d’énergie à demander des renseignements sur les blocages aux établissements financiers et aux PSP, et de plus utilement réorienter davantage de temps et de ressources vers de véritables activités à valeur ajoutée. De plus, à l’aide de leurs API, ces mêmes PSP et établissements financiers peuvent tirer parti des données disponibles pour créer de nouveaux modèles économiques et des scénarios d'utilisation qui vont plus loin qu'une simple fonctionnalité de suivi des paiements. Combinée à des données supplémentaires, cette évolution peut ouvrir de nouveaux horizons aux prestataires de services qui souhaitent affirmer davantage leur approche "customer-centric", analyser les besoins et points de frustration de leurs clients et y répondre en conséquence.

A lire en complément : Intel ne gravera pas ses processeurs en 10 nm avant... 2019

SWIFT souhaite à terme élargir les possibilités créées par gpi qui, correctement exploitées, permettraient aux PSP et aux établissements financiers d'améliorer encore l’expérience des utilisateurs. La migration mondiale vers la nouvelle norme internationale pour l’échange électronique de données (également appelée ISO 20022), qui s'achèvera d’ici à 2022, contribuera à renforcer l'interopérabilité des infrastructures de paiement à l’échelle internationale. Bien que cette situation présente des défis, en obligeant les établissements financiers à s'adapter et intégrer la nouvelle infrastructure dans leurs modèles existants, cette évolution vise à mettre en place un langage commun pour les paiements domestiques et les données des banques correspondantes. Les PSP devraient au final être en mesure d’utiliser ces riches données structurées pour améliorer l'expérience des clients, du rapprochement avancé à la gestion de la trésorerie. Ces éléments laissent potentiellement augurer une nouvelle ère pour les transferts de fonds entre entreprises, et les fintechs doivent se tenir prêtes à en profiter pleinement,  au bénéfice de leurs clients que celui du secteur des paiements d'une manière générale.

source : https://www.journaldunet.com/economie/finance/1500723-la-transparence-revolutionne-l-experience-des-utilisateurs-dans-le-domaine-des-transferts-de-fonds-entre-entreprises/