Si les chiffres varient d'un pays à l'autre et d'une étude à l'autre, il y a une chose sur laquelle toutes les marques peuvent s’accorder, c'est que le virtuel s’est développé à la vitesse grand V.

L’an dernier, à la même époque, les retailers du secteur de la mode investissaient massivement dans « l’expérience d’achat » afin d'accroître la fréquentation de leurs magasins physiques dans les centres-villes et les centres commerciaux. Un an plus tard, la situation est très différente.

A voir aussi : Le gendarme de la Bourse de Tel Aviv veut interdire le bitcoin

Alors que le coronavirus continue d’éloigner de nombreux consommateurs des grandes artères commerçantes, les marques doivent repenser leurs stratégies en matière d'expérience client en dehors de leurs magasins et au-delà des sites web et des applications – en entrant en scène, la réalité augmentée (RA) et la réalité virtuelle (RV) sont devenues de véritables options.

L'essor de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée dans le retail

Il y a quelques années à peine, en 2015, Pokemon GO révolutionnait le jeu en ligne et envahissait nos rues avec la réalité virtuelle. Depuis, les applications de RA sont devenues monnaie courante. De nombreux retailers proposent notamment des expériences « essayer avant d'acheter » permettant, par exemple, de prévisualiser des meubles et des produits chez soi avec des marques grand public comme Ikea, ou encore de faire des essais virtuels de vêtements de luxe comme Louis Vuitton et Gucci.

A lire également : Lucien Castex (Internet Society France) : "Notre groupe de travail multipartite doit aboutir à une norme de sécurité dans l'IoT"

Au cours des six derniers mois, alors que les retailers du monde entier ont dû repenser la meilleure façon de capter l'attention, la fidélité et les dépenses des consommateurs, la réalité virtuelle est rapidement passée du stade de « gadget » à celui d’élément essentiel de leur positionnement global de marque et de leur arsenal de vente.

Prenons l'exemple de la marque de bijoux américaine Kendra Scott. La pandémie a contraint la marque à fermer temporairement son réseau de magasins. En réponse, elle a lancé une gamme de solutions agiles allant du drive à un outil de RA, permettant aux clientes d'essayer virtuellement différents styles de boucles d'oreille depuis leur canapé.

Une récente enquête mondiale de Nielsen a révélé que les consommateurs citaient déjà en 2019 la réalité augmentée et la réalité virtuelle comme étant les principales technologies qu'ils souhaiteraient utiliser dans leur vie quotidienne. Un peu plus de la moitié (51 %) ajoutent qu'ils sont prêts à utiliser l'une ou l'autre pour évaluer les produits dans le cadre de leur processus d'achat, et il y a fort à parier que ce chiffre a considérablement augmenté au cours des six derniers mois de la pandémie.

Récemment, Shopify a également confirmé l’efficacité de la RA comme outil de vente. Les données du troisième trimestre ont révélé que les interactions des consommateurs avec des produits utilisant la réalité augmentée ont montré un taux de conversion 94 % plus élevé que pour les produits sans réalité augmentée.

Réalité virtuelle et réalité augmentée : au-delà du réel

Le potentiel de l'utilisation de la réalité virtuelle (RV) dans le e-commerce est tout aussi évident ; il permet aux retailers de créer des expériences beaucoup plus immersives et engageantes qui imitent celles des magasins physiques, et, dans certains cas, ajoutent des améliorations qui ne sont même pas possibles dans le monde réel.

Prenez, par exemple, le travail d'Imperial Avenue pour recréer en RV le magasin phare de la marque de prêt-à-porter Karen Millen. Où qu’ils soient, les clients peuvent naviguer dans le magasin virtuel et acheter les articles qu'ils y trouvent. Les magasins virtuels sont accessibles sur la plupart des plateformes et comprennent des points d'accès qui permettent aux clients d'obtenir plus d'informations sur les différents produits, ainsi que d'autres fonctionnalités interactives.

Alibaba.com a poussé les choses encore plus loin avec sa plateforme de shopping Buy+. Cette plateforme permet aux clients de naviguer non seulement dans un grand magasin, mais aussi de recréer des parties de New York et même de prendre un taxi à Times Square pour se rendre à une version virtuelle de Macy's.

Mais la RV et la RA ne se contentent pas de recréer le monde réel : eBay Australie et le grand magasin Myer, leader en Australie et Nouvelle-Zélande, ont créé une expérience de réalité virtuelle dans un grand magasin qui, au lieu de reproduire un magasin classique, n'a ni murs, ni plafonds, ni même d'escaliers roulants, permettant aux clients de voler à travers des espaces infinis de produits.

La RV et la RA peuvent transformer les pages web en magasins virtuels et les visiteurs en clients engagés et satisfaits qui ne reviennent pas seulement pour une bonne affaire, mais aussi pour ce que l'expérience virtuelle peut offrir – souvent au-delà des limites de l'expérience offerte dans les magasins physiques.

En fin de compte, cela se résume à une simple question pour le retailer : si vos clients ne viennent plus physiquement chez vous, comment pouvez-vous continuer à leur apporter une expérience immersive et authentique de la marque ? Réalité virtuelle et réalité augmentée sont certainement deux options possibles à l'horizon 2021.

Toutefois, quelle que soit l'expérience d'immersion, de solutions efficaces sont toujours nécessaires pour sous-tendre les processus fondamentaux du retail, en particulier en période difficile.

Après une année sans précédent pour le secteur du commerce, il est probable que 2021 soit à nouveau une année difficile pour les retailers. Une chose dont nous pouvons être certains, cependant, est le rôle clé que la technologie va jouer pour reconnecter les marques avec leurs clients physiques absents et maintenir ces expériences si importantes.

source : https://www.journaldunet.com/ebusiness/commerce/1496695-de-l-importance-des-experiences-immersives-en-periode-de-distanciation-sociale/