Le syndrome du toxique ou STC touche plusieurs femmes à travers le monde. Il est causé par le staphylocoque doré, une toxine naturellement présente dans le vagin. Pour qu’une femme développe les symptômes du STC, il faut d’abord qu’elle soit porteuse de cette toxine et qu’il y ait ensuite un contact prolongé des cups et tampons avec les voies génitales lors de ses règles. Toutefois, il existe un moyen d’éviter le STC, même lorsqu’on est porteuse du staphylocoque doré…

Qu’est-ce que le syndrome du choc toxique ?

Le STC est une infection causée par le staphylocoque doré, agent producteur d’une toxine agressive. Une fois introduite dans l’organisme, cette toxine se propage et détériore les reins, le foie et d’autres organes vitaux. En effet, l’utilisation prolongée d’une cup menstruelle ou d’un tampon lors des règles peut entraîner une stagnation de l’écoulement sanguin dans le vagin. Cette stagnation va favoriser le développement et la diffusion des toxines dans le corps.

A découvrir également : Range Rover Evoque : le premium des 4×4 tout terrain

Fort heureusement, vous avez déjà la possibilité d’en savoir + sur la marque Réjeanne, marque de production de culottes menstruelles. Ces dernières sont une excellente alternative pour réduire un tant soit peu l’utilisation des cups et tampons, et éviter par la même occasion le syndrome du choc toxique.

Quels sont les symptômes du syndrome du choc toxique ?

Les premiers symptômes du syndrome du choc toxique sont semblables à ceux d’une grippe. L’infection apparaît souvent avec une forte fièvre, une fatigue extrême et des maux de tête. Il peut même arriver que la femme ressente des nausées, des douleurs musculaires, suivis d’une éruption cutanée, etc.

A lire en complément : Quel bardage choisir pour l’extérieur ?

Quoi qu’il en soit, il est impératif de consulter un spécialiste de la santé, sans quoi la femme atteinte peut entrer dans un coma. Malheureusement, le mal persiste dû à un retard de diagnostic, ce qui peut d’ailleurs conduire à l’amputation d’un membre et dans les cas extrêmes, au décès. D’où la nécessité d’appliquer les soins d’urgence dès que les premiers symptômes sont ressentis.

Comment éviter le STC grâce aux culottes Réjeanne ?

Les culottes menstruelles Réjeanne sont conçues à partir du coton bio. Écologique, saine et hyper absorbante, la marque vous propose des culottes menstruelles pour un confort inédit pendant les règles. L’avantage de ces culottes menstruelles est bien évident : au lieu que le sang stagne, il va y avoir écoulement sanguin et donc pas de conditions favorables au développement des toxines responsables du syndrome.

Les culottes menstruelles Réjeanne vous offrent jusqu’à 12 h de protection sans gêne et sans fuite. Adaptées à tous les types de flux, elles sont lavables et réutilisables sur plusieurs mois. De plus, la marque a révolutionné la lingerie menstruelle avec des maillots de bain menstruels, des shortys, etc. Bref, toute une panoplie d’accessoires assortis à des conseils d’utilisation et d’entretien !

Quelles attitudes adoptées pour prévenir le STC ?

Le moyen le plus probant pour éviter le STC est de prendre quelques précautions en matière de protections hygiéniques. Il faut donc se débarrasser de tous les accessoires qui favorisent la stagnation du sang pendant les règles comme les cups, éponges et tampons menstruels. À la place, optez pour les culottes menstruelles ou les serviettes hygiéniques.

En revanche, si vous tenez à utiliser une protection intra-vaginale, assurez-vous de :

  • Changer les tampons toutes les 4 heures ;
  • Ne pas mettre de protection intra-vaginale pendant la nuit ;
  • Bien vous laver les mains avant de placer une protection hygiénique, quelle qu’elle soit ;
  • Privilégier les serviettes hygiéniques pour la nuit.

Attention toutefois ! Les serviettes hygiéniques (tout comme les culottes) doivent être régulièrement changées. Leur utilisation prolongée peut en effet provoquer d’autres infections comme les mycoses et infections urinaires.

Comment soigner le syndrome du choc toxique ?

En cas de diagnostic de l’infection, la femme devra être admise et hospitalisée pour les soins adéquats. Dans la plupart des cas, une administration d’antibiotiques suffit pour arrêter la propagation des toxines et détruire la bactérie.

Quoi qu’il en soit, si la femme est rapidement prise en charge, le rétablissement se fait généralement sans séquelle.

Source : Maman Materne, le blog