En quête de reconnaissance sur la scène internationale, le Qatar va vivre son heure de gloire en accueillant la Coupe du monde 2022 du 20 novembre au 18 décembre prochains. Afin de se montrer le plus compétitif possible, l’Emirat n’a pas hésité à naturaliser plusieurs joueurs, nés avec une autre nationalité. Pourquoi naturaliser des joueurs ? Le Qatar est un pays minuscule composé de 2,6 millions d’habitants, dont seulement 400 000 environ sont des citoyens qataris, les autres étant des travailleurs étrangers. Pour ne rien arranger, l’Emirat ne possède pas de culture footballistique et vouloir faire du ballon rond son métier n’est pas forcément très bien considéré socialement là-bas. Dans ces conditions, avec un vivier aussi limité, composer un onze compétitif tient du miracle. Dès lors, l’idée de naturaliser des joueurs étrangers afin de disposer d’une équipe compétitive à l’horizon 2022 a rapidement fait son chemin. Les joueurs naturalisés de la sélection de football du Qatar représentent toutefois une minorité, à la différence de l’équipe de handball, où les étrangers constituent l’immense majorité de l’effectif. Comment le Qatar a naturalisé les joueurs ? Au début des années 2000, bien avant l’attribution de la Coupe du monde à l’Emirat, la FIFA a rapidement deviné les intentions du Qatar. Ainsi, au fil des années, notamment en 2008 et 2014, l’instance dirigeante du ballon rond a durci les règles concernant les changements de nationalité sportive. En l’absence d’ancêtres qataris, chaque joueur qui prétend à la nationalité sportive qatarie doit avoir vécu au moins 3 ans au Qatar s’il a
source : https://www.topmercato.com/1004446-coupe-du-monde-2022-qui-sont-les-joueurs-naturalises-du-qatar-cdm22/

A découvrir également : Toulouse - OM : les notes du match